Comment choisir son art-thérapeute

De la médecine traditionnelle à la médecine préventive et face au nouveau monde de formation accessible à tous, il peut être parfois difficile de choisir la personne avec qui on a envie d’avancer. Plusieurs questions, doutes peuvent se poser. L’expérience, la reconnaissance, la légitimité, la formation, la recommandation …

Toutes ces questions sont autant de critères que vous pouvez utiliser pour vous orienter dans votre choix. Pour avoir fait moi-même différents types de thérapies (connues, pas connue …) j’ai envie de partager avec vous de manière très transparente quelques conseils.

L’art-thérapie n’est pas encore reconnue par l’état, en France. Seulement quelques écoles ont la certification. Cependant je vous invite à veiller que votre art-thérapeute ait un minimum de degré d’informations et de connaissances pour vous accompagner. Par exemple ce n’est pas en un seul weekend que nous acquérons les compétences nécessaires pour vous accompagner. L’art-thérapie ne se réduit pas à symboliser sa colère par la couleur rouge…

Ce sont des années de travail, d’études et d’analyse avec des professionnels de santé expérimentés. Les cours, stage et analyse de la pratique permettent de conforter une position professionnelle.

Voici sur quoi je vous propose de vous inspirer :

1/ ALLER FAIRE CE QUI VOUS FAIT VIBRER

Le champ de l’art-thérapie est vaste. Commencez tout d’abord par vous demander avec quel médium artistique avez-vous envie d’explorer votre créativité. Peut-être qu’au moment de faire votre choix vous serez appelé par votre corps et vous choisirez alors la danse, ou encore le besoin de vous exprimer par le son alors vous choisirez la musique. Ce que je veux dire c’est que chaque art-thérapeute a sa palette d’outils artistique. Entre la volonté d’explorer de nouveaux outils ou de renouer avec une pratique artistique, le choix du médium peut déjà être une boussole pour définir vers qui aller.

2/ L’IMPORTANCE DE LA RELATION 

Le point clé de votre accompagnement. Vous pouvez aller voir dix art-thérapeutes ayant la même pratique et avoir dix séances, dix approches différentes. Pourquoi ? Car lors de votre suivi / de votre accompagnement, vient se mettre en place une relation transférentielle entre vous et le thérapeute. C’est par l’expérience de vie du thérapeute que vous allez entrer en résonnance ou pas. J’ai même presque envie de dire que c’est grâce au transfert et contre-transfert qui se fera en séance que les points de blocages pourront être identifiés, transformés.

De la même manière il n’est pas rare d’entendre des personnes ayant différents psychologues avant de trouver la personne avec qui elles se sentent en confiance.

Privilégiez la qualité de la relation, celle dont vous avez besoin.

3/ DEVELOPPER VOTRE INTUITION

Reconnecter vous à votre corps et votre cœur. Nous avons tous, je dis bien tous, le pouvoir de ressentir ce vers quoi nous devons aller. Alors oui c’est bien et rassurant de se référer à la formation de la personne, au prix de la séance, à la recommandation faite par un ami… Mais parfois ce qu’à vécu votre ami en séance sera simplement le contraire de ce que vous attendez et/ ou avez besoin. N’ayez pas peur de remettre en question ce que vous avez vécu lors de la première rencontre et de vous demandez si c’est que vous recherché. Soyez à l’écoute de vos ressentis et émotionnel. En art-thérapie on abandonne le mental pour stimuler sa créativité et booster sa confiance en soi.

Faites vous confiance, expérimentez et vous verrez. Pour ce conseil je citerai ma collaboratrice, Audrey Collilieux, « connecte-toi à toi, la réponse est là, tout est là ».

Ces conseils sont uniquement tirés de ma propre expérience. Il n’y a dans tout ça aucun code, aucune convention, aucune vérité.

Appropriez- vous mon discours et comme le direz notre cher Don Miguel Ruiz, « faites preuve de discernement ».